Pour un radioamateurisme authentique et moderne

Histoire

La communication à travers le temps (9)

SEPTIÈME PARTIE

  • Comment fut établie sur le territoire de la république française la première ligne de télégraphie.
  • Création de la ligne de Paris à Lille.

Le Comité de salut public fut chargé par la Convention nationale, de diriger l’établissement des postes télégraphiques. Le 4 août 1793, ce Comité suprême décida, sous l’inspiration de Carnot, que deux lignes seraient créées d’urgence : la première partant de Lille, pour aboutir à Paris ; la seconde de Paris à Landau, ville de Bavière, alors au pouvoir de la France, et qui marquait la limite présente de ses frontières à l’Est.

L’idée qui présida à l’adoption de la télégraphie au sein de la Convention, et qui détermina le choix des deux lignes que nous venons d’indiquer, était donc toute militaire. On va comprendre ce qui décida à établir de préférence ces deux voies télégraphiques, aboutissant l’une à Lille, l’autre à Landau.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (8)

SIXIÈME PARTIE.

  • le télégraphe de Chappe est présenté à l’assemblée législative.
  • le peuple met en pièces la machine dans le parc de Saint-Fargeau.
  • le député Romme attire l’attention sur l’invention de Chappe.
  • expériences du nouveau télégraphe de Chappe faites par Lakanal et Arbogast, membres de la convention.
  • adoption des télégraphes par le gouvernement républicain.

Claude Chappe avait demandé d’être admis à la barre de l’Assemblée législative, pour lui présenter son invention nouvelle. Cette demande avait été accueillie, et le 22 mars 1792, pendant une des séances du soir qui étaient plus spécialement consacrées aux affaires, il fut admis devant l’assemblée. Dorizi occupait le fauteuil de la présidence.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (7)

CINQUIÈME PARTIE.

L’abbé Chappe.

  • Ses travaux.
  • Expérience de son premier télégraphe aérien faite à Parcé et à Brûlon.
  • Les frères Chappe à paris.
  • Le télégraphe établi sur le pavillon de la barrière de l’étoile, est détruit par le peuple, pendant la nuit.

Claude Chappe était fils d’un directeur des Domaines de Rouen. Il était neveu de l’abbé Chappe d’Auteroche, que son dévouement à la science a rendu célèbre, et qui, envoyé par l’Académie des sciences dans les déserts de la Californie pour observer le passage de Vénus sur le disque du soleil, périt victime du climat de ces contrées.

Claude Chappe était né en 1763 à Brûlon dans le département de la Sarthe. Il avait quatre frères. Ignace, l’aîné de la famille, Pierre, René et Abraham. Leur père, qui possédait une certaine fortune, leur donna une bonne éducation classique. Claude commença ses études au collège de Joyeuse, à Rouen, et il les continua à La Flèche, où l’on se souvient encore d’un ballon qu’il fit partir étant écolier.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (6)

QUATRIÈME PARTIE.

Essais de Linguet. — travaux de Dupuis, de Bergstrasser et de Boucherœder.

Après Dom Gauthey, c’est-à-dire de 1782 à la fin du 18ème siècle, les études sur la télégraphie aérienne subirent un temps d’arrêt, ou plutôt une déviation.

L’électricité venait d’être découverte, et la promptitude extraordinaire, l’étonnante facilité avec laquelle l’électricité se transmet le long d’un conducteur métallique, désignaient tout naturellement cet agent comme devant se prêter merveilleusement à la télégraphie.

Pendant trente ans, les efforts se portèrent donc de ce côté, et donnèrent naissance à des résultats divers, dont nous tracerons les résultats dans l’histoire de la télégraphie électrique.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (5)

TROISIÈME PARTIE

Le physicien français Amontons découvre le système de télégraphie moderne. — autres projets de télégraphie aérienne.

La France, on a pu le remarquer, n’avait encore fourni aucun contingent à l’ordre de travaux qui nous occupent. Il faut donc nous empresser d’ajouter qu’un physicien français du 177ème siècle, Guillaume Amontons, eut le mérite, peu de temps après Robert Hooke, c’est-à-dire en 1690, de découvrir la méthode qui sert de base à la télégraphie aérienne moderne. C’est en effet Amontons qui, le premier, se servit d’une lunette pour observer les signaux formés dans l’espace, et servant à établir une correspondance entre deux points éloignés.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (4)

DEUXIÈME PARTIE

L’art des signaux au moyen âge.

Polybe avait créé, chez les Grecs, l’art des signaux par l’invention du système alphabétique. Mais, comme nous l’avons fait remarquer, la multitude des mouvements nécessaires pour indiquer une phrase, aurait produit une confusion et une perte de temps considérables, et rendu ainsi impossible la transmission d’une dépêche un peu étendue.

Le système alphabétique de Polybe, comme aussi le système phrasique des Romains et des Orientaux, ne pouvaient servir que dans les camps, pour communiquer d’un quartier à un autre, pour donner des ordres ou faire passer des avis à une ville assiégée. Une correspondance générale de télégraphie ne pouvait s’accommoder de moyens aussi imparfaits.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (3)

Pendant des siècles, la communication est sans grands progrès, avant l’invention sans précédent de la télégraphie optique inventée par Claude Chappe vers la fin des années 1700 et les améliorations ensuite en association avec les frères de Claude Chappe. Pour la distance, mais surtout pour la rapidité (à  l’époque), de l’acheminement de la communication.

Jamais un message n’était parvenu si vite au destinataire, même si cela peut faire sourire en 2021, comparé à nos moyens actuels de communicatifs. Qui pouvait imaginer il y à 40 ans le téléphone portable.

Une phrase de cette première partie, peut retenir notre attention, je cite : «On ne peut s’empêcher de voir dans cette invention de ‘’Polyb’’, la première idée de la télégraphie aérienne », qui ne fut réalisée qu’à la fin du dernier siècle, par Claude Chappe et ses frères ». Il en est de même pour la radio et les autres inventions, reprises par des inventeurs successifs, qui les ont améliorées, réinventées à leur tour. Cette remarque ne signifie pas que Claude Chappe se soit inspiré de *l’invention de *olybe* , mais ça y ressemble seulement.

Cette première partie ci-dessous est un peu longue, mais tellement bien expliquée pour qui s’intéresse à la communication, comme nous les radioamateurs, que ça vaut bien de la lire.

PREMIÈRE PARTIE

L’art des signaux chez les Grecs, les Romains et les orientaux, dans l’antiquité.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (2)

Le télégraphe de Claude Chappe

AVERTISSEMENT : le texte ci-dessous sur le télégraphe de Claude Chappe est Extrait de l’Internet, nous pouvons je pense, faire circuler le texte sur l’Internet puisqu’il y est, mais par contre, je pense qu’il est interdit de l’imprimer sans l’autorisation de la Source.

L’Histoire du télégraphe Chappe comprend 15 parties, certaines parties sont assez longues. Elles sont peut-être à lire à petites doses si vous les trouvez trop longue.

A l’intention des amis malvoyants ou non-voyants : vous pouvez copier et coller le texte sur le synthétiseur vocal suivant :  https://ttsreader.com/fr/ , et l’écouter tranquillement.

Continuer la lecture

La communication à travers le temps (1)

Avant l’arrivée du téléphone portable et d’Internet, que de chemin parcouru et de recherches par l’homme pour en arriver là. On peut présager que ce n’est pas fini.

Tout le monde ou presque connait l’Histoire dans l’antiquité du messager Grec qui a couru sur une longue distance, afin d’apporter la nouvelle de la victoire de l’armée à son souverain, pour mourir d’épuisement à ses pieds en lui remettant le message.

Le pigeon voyageur fut utilisé en 42 avant J.C., et oublié au moyen âge. L’idée d’y recourir pour transmettre un message fut reprise à la guerre de 1870, et lors du conflit mondial 1914/1918.

Jusqu’aux environs des années 1790, la communication sur une longue distance était réalisée par un cavalier ou une diligence.

C’est l’invention du télégraphe optique de Claude Chappe et qui fit faire en grand bond en rapidité et en longue distance pour les communications. Alors que la France était menacée à toutes ses frontières du nord au sud et de l’est à l’ouest, pour renverser la jeune République issue de la Révolution de 1789. A partir de 1794, différentes directions depuis Paris sont desservies par des informations ou dépêches acheminés grâce au télégraphe optique de Claude Chappe. Sans entrer dans la description complète de ce télégraphe qui serait ici trop longue, la communication est réalisée entre Paris et Strasbourg en 1794. Une tour surmontée du télégraphe avec ses panneaux de signalisations est hérissée tous les dix à 12 km. Les panneaux envoient des messages lus par la tour suivante par un opérateur muni d’une longue vue et retransmise depuis cette tour. Avec le télégraphe de Claude Chappe, une dépêche envoyée depuis Paris pour Strasbourg, mettait deux heures. Alors qu’auparavant avec les derniers moyens : diligence ou le cavalier, le temps d’acheminement d’une dépêche était de quatre jours.

C’était donc aussi une Révolution des Communications à l’époque.

Continuer la lecture

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 7

Le Nunavut (signifiant « notre terre ») est un territoire fédéral du Nord du Canada, bordé au sud par le Manitoba et à l’ouest par les Territoires du Nord-Ouest.

Le Nunavut fut administrativement séparé des Territoires du Nord-Ouest pour devenir un territoire autonome le 1er avril 1999, par la Loi sur le Nunavut, ainsi que par la Loi concernant l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, bien que les frontières aient été établies dès 1993. Il s’agit du 3e territoire canadien par ordre de création, avec une superficie de 2 093 190 km, il est la plus grande entité territoriale du pays mais aussi une des moins peuplées, avec une population de 35 994 habitants en 2016. Sa capitale est Iqaluit. Ce territoire est traditionnellement habité par le peuple autochtone des Inuits.

Si Bruno renouvelait aujourd’hui en 2019 son expédition de 1989, son indicatif ne serait donc plus VE8/FD1JYD ou VE8VC mais deviendrait VY0/F5JYD ou VY0VC.

Car de plus, les radioamateurs qui étaient autorisés en décamétrique en 1989 ont vu leur préfixe FD1 changer en 1993 pour devenir F5, et les préfixes FC1, non autorisés en décamétrique à cette période, rester en F1.

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 6

Carnet de route.

C’est le départ pour KCI il fait 5°C avec beaucoup de vent du nord, et même pas une bouteille de whisky l’alcool est rigoureusement interdit ici. En moins de deux cent mètres l’avion décolle, on se demande comment ? Sur KCI de la boue des cailloux et encore de la boue de la boue. On se sert du « Peak 1 » bien connu des initiés.

Repas du 14 juillet : velouté d’asperges paella avec du thon café avec gâteaux secs aux brisures de chocolat coca cola pain de mie.

Deuxième jour sans avion de ligne ils sont bloqués à Iqualuit la météo est trop mauvaise trop de brouillard. Nous sommes très bien accueillis. Le mauvais temps et surtout l’humidité. Temps magnifique, il n’y a pas de vent incroyable ! Température 2°C il fait un vent terrible.

Nous étudions avec les garde-côtes et Wayne le meilleur point de passage. Wayne nous trouve sympas, il nous préfère à Stéphane Peyron, il arrive mieux à parler avec nous qu’avec Jean Louis Etienne un peu trop sur sa planète. D’après lui nous serons les premiers à aller au Pôle Nord Magnétique depuis Maurice Uguen en 1985.

La neige a cessé de tomber le vent redouble de violence. La toilette se fait rapidement l’eau est trop froide. Le repas sera avalé avec goinfrerie, du beef, du beef, du pain de mie. Atterissage sur une piste digne du Paris Dakar avec le Boeing 737 le pilote dut s’y reprendre en deux fois, au premier passage il voulut se poser sur la route. La mer est entièrement gelée le vent redouble nous avons du mal à progresser. Mal dormi, trop froid dans le sac

Epilogue.

Les Inuits de nos jours se sont occidentalisés à outrance, ils vivent dans des maisons surchauffées avec tout le confort du continent nord-américain subventionné par le gouvernement canadien. Si le chien de traîneau est toujours présent il a été remplacé par le skidoo tout comme l’igloo que l’on ne rencontre que sur les photos.

Coté radio, pratiquement 4.000 qso dans le log et 112 entités DXCC presque exclusivement sur 15 et 20 mètres avec des conditions de trafic modestes et puissance QRP.

Des souvenirs inoubliables ! Les expéditions on les aime aussi pour cela.

Bruno FILIPPI FD1JYD (devenu ensuite F5JYD)

à suivre

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 5

C’est le 13 juillet que la première tentative pour atteindre le PNM fut lancée la météo était favorable mais le créneau relativement court dans le temps. Equipé de façon légère une vingtaine de kilos sur les épaules nous nous élancions cap au sud, la banquise était parfaite, la boussole totalement inutilisable ici, nous naviguions au sextant électronique version pédestre sur SAT NAV utilisé sur les bateaux et avions arctiques. C’est à une vingtaine de kilomètres du but que le 14 juillet nous dûmes déchanter, la banquise qui s’offrait à nous devenait de plus en plus entrecoupée par les eaux et toutes progressions devenaient  difficiles et dangereuses. Nous étions alors en 77°34’N et 102°40’W et c’est de cette position sur la banquise que furent réalisés prés de 500 QSO en ce jour du bicentenaire de la révolution française, le 14 juillet 1989, entre 18 et 21 H GMT sur les 15 et 20 mètres.

Le retour sur KCI se fit rapidement, pressés par une météo changeante, avec beaucoup de regrets de n’avoir pu atteindre le PNM en ce jour anniversaire. Les 16 et 17 juillet une nouvelle tentative avec un itinéraire plus à l’est fut également vouée à l’échec pour les mêmes raisons de banquise trop aléatoire par endroit : trop d’eau et pas assez de glace solide praticable.

Le Pôle Nord Magnétique serait pour une autre fois !

à suivre

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 4

C’est avec plus de 150 Kg d’équipement, de vivres et de matériels radio que le petit bimoteur De Haviland de Kenn Borek Air nous emmena sur King Christian Island (77°48’N 101°40’W), deuxième étape de l’expédition.

KCI, avec son ancienne piste d’atterrissage en terre battue, vestige de l’exploration pétrolifère, son relief désertique quasiment plat et caillouteux et ses plages de sable fin, est un véritable paradis pour les phoques et autres animaux de la banquise, mais pour nous humains c’est le désert apocalyptique total.

Tant bien que mal, notre campement de base fût installé après avoir trouvé un emplacement stable et abrité naturellement. Tout le matériel avait bien supporté le voyage, les choix techniques se révélaient être judicieux et à la mesure de l’investissement. Coté radio, NA43 fut sur l’air et le premier QSO fut DJ7YE Bert de RFA sur 20 mètres à 17H18 GMT le 2 juillet …

La station était composé d’un IC735 de chez ICOM utilisé à puissance réduite afin d’économiser l’énergie disponible une série d’accus cadium nickel résistants aux basses températures, des panneaux solaires fournissant l’énergie électrique très efficaces les jours ensoleillés, peu par grand brouillard. Côté aérien, une verticale tribande de fabrication US. Coté propagation elle fut excellente avec des pile-up mémorables sur les USA et l’Europe, peu avec l’Asie et surtout trois formidables QSO « arctique antarctique » depuis Dumont d’Urville  avec FT4YC.

à suivre

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 3

GO to RESOLUTE Bay. L’endroit où il n’y a pas d’aube.

Vous n’êtes pas au bout du monde mais d’ici vous pouvez le voir.

Située sur la côte sud de  l’île Cornwallis (IOTA NA-09) en 74°42’N et 94°50’W, Resolute Bay doit son nom au H.M.S Resolute, l’un des vaisseaux de l’expédition partie à la recherche de Franklin sous le commandement du capitaine H.T Austin.

Base arctique pour les excursions ou expéditions dans les îles ou vers les pôles, elle est un lieu de passage quasi obligé grâce à la logistique que l’on peut trouver sur place. Les installations de son aéroport et ses services de météo et de communications satellitaires confèrent à Resolute une place de leader dans l’exploration de l’arctique canadien.

Ce fut donc de Resolute Bay (IOTA NA09) que les premiers CQ de VE8/FD1JYD furent lancés  dans un petit shack en bois de 2m² situé à une centaine de mètres du bureau de poste locale. La propagation est bonne sur 15 et 20 mètres avec les cinq continents, les bandes basses inexploitables en cette période de l’année, le 10 mètre étant ouvert de façon très sporadique, les bandes métriques n’ayant pas étaient activées. L’accueil ici fut formidable les coast-guards canadiens, Wayne le boss de la météo ainsi que Terry et Bezal de la High Arctic International se mirent en quatre pour nous aider dans la logistique de l’opération VE8VC.

à suivre

 

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 2

Point moyen du PNM

Le pôle nord magnétique (« PNM ») que beaucoup confondent avec le pôle géographique se trouve dans l’immensité arctique canadienne, plus précisément dans les territoires du Nord Ouest appelé aujourd’hui Nunavut (notre terre) Sa position exacte est assez mal définie puisque sans cesse en mouvement autour d’un point moyen. Il faut réaliser que la position du pôle magnétique pour une année donnée est une position moyenne qui varie quotidiennement. Lorsque le champ magnétique est actif il peut se déplacer de plus de 80 Km sur une trajectoire ovale (elliptique) bien définie. La variation quotidienne  du PNM et sa variation séculaire ont des causes très différentes liées à l’activité solaire et aux particules chargées qu’il émet et qui interagissent avec le champ magnétique terrestre.

Il était en 1831 lors de sa première détermination par l’Anglais James Clark Ross en 70° 53’N et 97° 46’W approximativement. Quelques 70 ans plus tard le second visiteur du pôle magnétique sera l’explorateur Norvégien Roald Amundsen qui en déterminera son emplacement en 70°31’N et 96°34’W  (avril 1904). En  1989 son point moyen calculé le situe en 77°24’N et 103°W au sud de King Christian Island (« KCI ») en pleine zone marine prise par les glaces une grosse partie de l’année.

Année Observateurs Position (année)
1947 Serson et Clark 73.9° N, 100.9° W (1948.0)
1962 Loomer et Dawson 75.1° N, 100.8 °W (1962.5)
1973 Niblett et Charbonu 76.0° N, 100.6° W (1973.5)
1984 Newitt et Niblett 77.0° N, 102.3° W (1983.9)
1994 Newitt et Barton 78.3 °N, 104.0° W (1994.0)
1999, 2001 Newitt, McKee, Mandea, Orgeval 81.3° N, 110.8° W (2001.0

à suivre

 

VE8VC par FD1JYD en juillet 1989, épisode 1

Expédition vers le Pôle Nord Magnétique et King Christian Island

Trajet typique du PNM une journée où le champ magnétique est actif

On rencontre sur les cartes géographiques canadiennes un élément qui ne figure sur aucune autre carte nationale : le Pôle Nord Magnétique (PNM).

C’est vers ce pôle qu’une boussole oriente un voyageur quel que soit son point de départ.

Dès aout 1988 dans l’avion qui me ramenait de Québec après un long séjour au Canada l’envie d’y repartir se fit ressentir. De plus pour nous Français l’année 1989 synonyme du bicentenaire de la révolution avait un goût de « spécial », un goût de grand coup où il fallait combiner voyage radio et exploit. Rapidement deux projets se dessinèrent, un dans la région du Saguenay avec pour toile de fond les baleines et bélougas, l’autre dans l’arctique canadien et ses grands espaces difficilement accessibles. Le second projet prit rapidement le dessus et une opération expédition vers le Pôle Nord Magnétique fut envisagée. Beaucoup de travail d’approche, de courriers, d’appels téléphoniques, de littérature arctique, de documentations techniques et même d’entraînement au froid pendant pratiquement 10 mois pour un projet dont le but final était d’émettre depuis le pôle magnétique le 14 juillet 1989.

Livré en vrac voici les quelques pistes principales explorées durant la préparation :

  • Nourriture lyophilisée
  • Equipement grand froid Gore Tex et fibre pôlaire
  • Bivouac tente isolée réchaud au pétrole
  • Transport aérien
  • Licence autorisation droits divers
  • Contacts et conseils F6CIU  High Arctic International à Résolute bay
  • Energie électrique panneaux solaires accu CD NI
  • Equipements électroniques radio navigation localisation vidéo photo
  • Financement sponsoring

Au final en juin nous étions pratiquement « OK » les doutes qui subsistaient étant liés à des éléments événements extérieurs indépendants de notre volonté (dirons-nous).

à suivre

Sergio & Sergei

Un film de Ernesto Daranas Serrano

1991 : la Guerre froide est terminée, l’URSS s’écroule. Sergeï, un cosmonaute russe reste coincé dans l’espace, oublié par les Soviétiques qui ont bien d’autres soucis sur Terre… À Cuba, à l’aide d’une fréquence radio, Sergio entre en contact par hasard avec Sergeï et va tout mettre en œuvre pour le ramener sur terre. Mais sans le savoir, Sergio est sur écoute et espionné…

Cette histoire, nous l’avons entendu de la bouche de Musa Manarov U2MIR, lorsqu’il est venu pour l’inauguration du Tunel sous la Manche en 1994 à Wimereux. Nous avions alors contacté la station MIR… Voici le reportage FR3 de l’époque, c’est Valéry Agabekov UA6HZ qui est en QSO avec Valerij Polyakov U3MIR avec l’indicatif spécial TM5TSM.

TM5TSM FR3 from CSRAL-F4KIS on Vimeo.

C’est Musa Manarov au début de cette vidéo qui active TM5TSM et qui le repasse à F5PSI :

La QSL du contact réalisé lors de cette semaine d’activité.

Nous avons hâte d’aller voir ce film, qui sortira le 27 mars prochain voir le site de la distribution www.bodegafilms.com

Les radioamateurs et les marins

Depuis toujours les radioamateurs sont à l’écoute des marins. Dans le film “Si tous les gars du monde”  sorti en 1956, le capitaine du Lutèce lance appel sur la BLU, car sa radio de bord était en panne et il est entendu par un radioamateur. Il s’en suit une chaine de solidarité internationale pour sauver les 12 marins de Concarneau atteint de botulisme.

Lors de la transat en double en 1983, 2 radioamateurs Alsaciens sont intervenus et ont lus les bulletins météos transmis par téléphone à l’équipage du Lorient 56 dont la VHF était tombée en panne. C’est ainsi qu’ils ont parlé avec Didier Bestin quelques heures avant sa chute du bateau et sa disparition en mer.

La règlementation internationale prévoit qu’en cas de danger, des non radioamateurs peuvent utiliser les bandes radioamateurs, et les radioamateurs peuvent leur répondre… Parler de météo fait parti des sujets autorisés par la règlementation.

Le 1er juillet prochain partira la course avec 19 skippers dont 4 français. Ils sont tous équipés de BLU pouvant aller sur les bandes radioamateurs, car depuis cette époque mythique où Saint Lys Radio était à l’écoute des bandes marines, plus personne ne veille les fréquences HF marine, car tout se passe par satellite, ce qu’ils n’utiliseront pas car la course se veut être faite dans les conditions d’il y a 50 ans.

Après plusieurs demandes à monsieur le Président de la République, à monsieur le Premier Ministre et à plusieurs ministres, nous attendons toujours que l’administration délivre des autorisations exceptionnelles aux marins français engagés dans cette course. Tous les skippers étrangers ont obtenu cette possibilité… Nous avons mis en place notre site, vous pourrez suivre la course, éventuellement télécharger les bulletins météo de la zone dans laquelle les skippers se trouvent et leur communiquer, sauf aux français qui n’ont pas d’autorisation… Dès leur autorisation obtenue ils pourront utiliser les indicatifs de radioclubs, en espérant qu’ils les obtiennent avant le départ…

Merci aux radioamateurs Alsaciens pour l’article de l’époque.

Il y a 50 ans, Martin Luther King est mort et l’URC naissait

Martin Luther King Jr., né à Atlanta le 15 janvier 1929 et mort assassiné le 4 avril 1968 à Memphis, est un pasteur baptiste afro-américain, militant non-violent pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, pour la paix et contre la pauvreté. Wikipédia
Après la marche contre les discriminations raciales, le pasteur noir américain Martin Luther King, à Washington, le 28 août 1963, devant 250 000 personnes, prononce son discours « I have a dream ». Son rêve est celui d’une Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres.

(AP File Photo)

Cette année l’URC fête aussi ses 50 ans, et nous avons toujours un rêve, celui de voir l’unité des radioamateurs afin  d’avancer ensemble pour un radioamateurisme authentique et moderne. Nous militons avec l’EURAO principalement :
  • 3 classes de licence avec accès au décamétrique.
  • Réforme des examens, introduction d’épreuves facultatives au choix, pouvant être organisées par les radioclubs avec un agrément. Ces épreuves compteraient dans la note finale de l’examen qui reste organisé par l’administration pour la partie technique et règlementation :
    • épreuve de CW, permettant l’évolution de l’indicatif.
    • épreuve de langue, vocabulaire lié à la radio (anglais, allemand, espagnol, russe…)
    • épreuve d’histoire de la radio, les dates importantes, les hommes célèbres…
  • Attribution de toutes les bandes affectées aux radioamateurs par l’UIT.

2018 l’URC fête ses 50 ans (7)

1974

Année 1974 (OCI 36 à 45) à télécharger ICI

OCI36

F9AA n’a qu’un seul tort : celui d’avoir raison, mais de vouloir le crier trop fort… Tout le monde le sait, alors pourquoi le répéter en attaquant sans cesse le REF ?

Etonnante phrase qui s’applique encore aujourd’hui, le principe reste identique, il n’y a que les indicatifs qui changent.

… jamais nous n’avons attaqué “le REF” : nous dénonçons, avec suffisamment de preuves, l’ignominie et la malfaisance des procédés de certains de ses dirigeants; ce n’est pas attaquer l’association elle même mais la défendre..

Dans l’article “La défense de nos bandes”, p24, on peut lire :

… surtout parce que ces procédés sont toujours en honneur dans le REF, pour le plus grand mahleur des radioamateurs français. En particulier parce que l’interdiction du droit à discussion est toujours en vigueur dans l’association…

Lire aussi l’article sur la défense des bandes qui fait suite à 3 articles sur l’UIT.

OCI37

Les radioamateurs sont ils un service ou un loisir ? Le REF déjà en 1974 pensait que : “Nous sommes des amateurs au même titre que ceux qui pratiquent la photo, la spéléologie ou l’alpinisme” Cette notion perdure encore aujourd’hui jusqu’à la définition faite par l’ANFR définissant les radioamateurs comme un loisir technique ce qui va à l’encontre de la définition de l’UIT déclarant les radioamateurs comme un service de communication bénévole.

A lire p9 une intéressante mise au point sur un accident d’avion qui aurait été provoqué par une émission radio et aussi sur la saisie de matériels chez des cibistes… Pas étonnant que 50 ans après il existe encore cette guerre absurde entre cibistes et radioamateurs, les 2 sont passionnés de radiocommunication.

OCI38

Depuis 10 ans, nous proclamons, avec des preuves formelles à l’appui que le REF trahit les intérêts de l’émission d’amateur, laisse prendre des décisions administratives catastrophiques s’il ne les provoque, bloque les efforts de ceux qui pouvaient et pourraient agir utilement.

50 ans après on peut encore dire la même chose au sujet de la suppression des classes 1 et 3, du refus du REF à appuyer la demande de réforme des examens etc…

… comment agir contre l’attitude obstinée d’une association qui veut représenter les intérêts de l’émission d’amateur, si les dirigeants ne font que freiner, par volonté ou par stupidité, les demandes valables ?

La réponse est la même qu’à l’époque c’est aux adhérents du REF de régler le problème… C’est eux qui élisent leurs représentants, c’est eux qui approuvent les rapports moral et financier de l’association…

OCI40

L’URC pour la 7ème année est présente à la foire de Paris

OCI41

A lire l’article sur le droit à l’antenne en page 3 Attention la règlementation a changé ces dernières années… Mieux vaut consulter les associations avant de faire des bêtises, vous serez toujours défendus.

OCI42

A lire p42 Le livre d’or des radioamateurs, encore une vie sauvée grâce à l’action de F6AYW.

OCI43

… L’utilité de notre action, devant la situation actuelle, ne peut être mise en doute. Il suffit de voir comment nos idées sont reprises ailleurs; l’essentiel sera de voir comment elles sont appliquées dans la réalité !

A lire les éditoriaux du REF on pourrait croire que le REF est d’accord avec nos propositions et les reprend même à son compte. Mais il ne suffit pas de dire ou d’écrire, il faut agir ensemble et aller jusqu’au bout de ce qu’on annonce.

Réponse à F6DDG dans le courrier des lecteurs, choqué par les positions de l’URC

…Nous n’avons jamais “attaqué le REF” mais critiqué des faits précis, des décisions de dirigeants du REF nuisibles à l’émission d’amateur. Nous avons dénoncé les moyens inqualifiables employés par les mêmes pour empêcher la discussion dans le cadre du REF (censure, exclusions injustifiés, usage de faux documents…)…

Aujourd’hui, aux mêmes reproches les mêmes réponses

A lire :

  • “La belle époque” par F3CW qui parle des essais de Marconi en 1899
  • “Radio, service de l’école” par 5R8SD
  • Enquête sur OCI

OCI44

OCI à l’écoute de ses lecteurs, articles techniques, service QSL et défense du radioamateurisme, valeurs toujours en vigueur 50 ans après.

OCI45

Bilan de l’année 1974 première année de la parution mensuelle d’OCI.

… nous ne répéterons jamais assez que la qualité des Services de l’URC dépendra en grande partie de la participation de chacun…

En 2017 à la veille de 2018, nous ne pouvons que répéter cette phrase et remercier ceux qui participent déjà.

2018 l’URC fête ses 50 ans (6)

1968-1973 5 ans déjà…

Cette semaine je ne ferai pas le résumé des éditoriaux de F9AA, mais nous publions intégralement celui paru dans le n°30 d’OCI de janvier février.  OCI_030p4  A lire aussi p23 OCI n°30 l’article “Notre raison d’être”

Aujourd’hui encore, le REF prétend être la seule association représentative des radioamateurs, si à l’époque le REF a annoncé comme une victoire la diminution de la puissance d’émission à 100 Watts, il n’y a pas si longtemps le REF ne s’est pas battu pour la suppression de la F0, et ne se bat pas pour le rétablissement d’une classe d’entrée dans le monde radioamateur. L’administration est prête à nous entendre tous, mais le REF refuse de siéger avec l’URC et de discuter…

Nous publions aussi quelques propos tenus dans le courrier des lecteurs et les réponses. Reproches qui nous sont toujours fait 50 ans après, les réponses sont toujours les mêmes. OCI_032p25

Parmi les articles à lire cette année 1973 :

  • 75ème anniversaire de la première liaison radio entre la Tour Eiffel et le Panthéon
  • 45 ans de la 1ère liaison transatlantique
  • Série d’articles sur l’UIT (article que nous publierons complet ultérieurement)

Année 1973 (OCI 30 à 35) à télécharger ICI

L’URC ne cherche pas la polémique, l’URC dit simplement la vérité, informe les radioamateurs et nous n’arrêterons pas de le faire. Nous ne considérons pas le REF comme un ennemi à détruire mais comme un partenaire avec qui il faut travailler. Nous ne voulons pas la guerre, mais la paix, et si on peut faire la guerre seul, il faut être 2 pour faire la paix… Quand le REF est il prêt à faire la paix, à discuter avec l’URC des problèmes radioamateurs c’est à dire l’application des recommandations CEPT dans leur intégralité, recommandations obtenues principalement par l’IARU, puisque l’EURAO ne siège que depuis 2 ans, et non appliquées par le propre membre de l’IARU qui se vante d’être élu au comité de direction de l’IARU région 1…

2018 l’URC fête ses 50 ans (5)

L’année 1972 continue de voir la montée en puissance de l’URC et de sa revue OCI qui prend les couleurs de l’arc en ciel. Des célébrités rejoignent l’URC comme F1BWO meneur de jeu sur RTL. Les relations avec les radioamateurs cheminots et les radioamateurs des PTT sont étroites, les colonnes de OCI leur sont ouvertes

Le mouvement lancé par l’URC fait des émules dans les pays voisins et de nombreuses fédérations de radioclubs se créent. Les mêmes maux ont les mêmes effets et les réactions envers les méthodes autoritaires voir dictatoriales dans les associations IARU favorisent la création d’autres associations qui ont une identité de vue et d’action. Ces nouveaux groupes ne sont pas dirigés contre ce qui existe mais veulent être complémentaires et donner une information objective. En matière d’associations, comme d’individus, l’efficacité est fonction de l’union.

Il est navrant de constater que les associations ancestrales ne font que critiquer les nouvelles, au lieu de faire la promotion de l’électronique et l’émission d’amateur. Au niveau international, c’est le début de la réciprocité des licences. L’URC milite pour une harmonisation des règlements européens afin de faciliter cette réciprocité, alors que le REF annonce avoir accepté en 1962 la limitation des puissances à 100 watts, ce qui est un recul manifeste des droits des radioamateurs.

Création de l’Union Européenne des Radioclubs lors d’une réunion à Tournai avec la Belgique et l’Allemagne. Réaction du REF : l’esprit OM est réservé à ses membres, affirmation étonnante de la part d’une association coupable d’exclusion sans motif et qui pratique le mensonge permanent, la falsification de documents, qui approuve les mesures officielles contraires aux intérêts des radioamateurs. N’en déplaise à tous ces détracteurs l’URC continuera de pratiquer l’esprit OM dans la nouvelle union européenne.

Année 1972 (OCI 24 à 29) à télécharger ICI

Continuer la lecture

2018 l’URC fête ses 50 ans (4)

En janvier 1971, l’URC constate qu’il n’existe pas de réseau radioamateur de secours ou de service civil, le plan ORSEC avait été déclenché en décembre 1970 suite à une tempête de neige rendant les autoroutes impraticables. Si un réseau avait existé, sans nul doute que de nombreux automobilistes ne se seraient pas aventurés sur ces routes, les agents d’autoroutes auraient pu communiquer et donc éviter une belle pagaille qui a duré quelques jours. Aux USA il existe des réseaux sur le canal 9 qui est réservé à l’assistance. L’URC promet d’agir de la manière qui pourra servir le public.

  • L’URC participe à l’AG de l’ARAAF et soutient la création d’un multimètre sonore.
  • Naissance des indicatifs SWL de la forme FE + 4 chiffres, c’est Charles Pépin qui a le premier indicatif FE1001. Cet indicatif est attribué par l’administration, le formulaire de demande est disponible à l’URC.
  • Création de l’association AOMPTT le 22 mai 1971. Le périodique CQ AOMPTT est devenu aujourd’hui CQ rAdiOaMpt.
  • L’UIT reconnait le service amateur par satellite.
  • Appel de F9CH et F1WY pour la création du RCNEG qui se fera en 1973.

Année 1971 (OCI 18 à 20) à télécharger ICI

Cette année 1971 est incomplète, les N° 21-22-23 sont manquants, si vous les avez dans votre collection merci de nous les faire parvenir en PDF.

On retrouve toutes les rubriques habituelles :

  • Technique : une article sur Eugène Ducretet, sur les lasers dont c’est le début, sur des antennes…
  • DX radiodiffusion
  • ABC du 27 MHz
  • Lu pour vous
  • Page des jeunes
  • Page des radioclubs

L’adhésion est à 20 F soit 21 € actuel, elle comprend l’envoi gratuit de OCI à tous les adhérents et au service QSL gratuit.

2018 l’URC fête ses 50 ans (3)

L’année 1970, et déjà on s’inquiète du déclin du nombre de radioamateurs en France et pourtant comparée à aujourd’hui la liste des nouveaux indicatifs est incroyablement élevée à l’époque. En 1970 il y a aux USA 281000 radioamateurs dont 9419 Yl. La CB est considérée comme un service et ils reçoivent plus de 16 000 demandes par mois.

Parmi les faits marquants de l’année :

  • 4 satellites américains dont un transpondeur, sont lancés
  • Le satellite Australia Oscar 5 est lancé
  • Trafic via la lune par les français qui ne déméritent pas et dont on ne parle pas dans l’association historique
  • 1ère liaison TVA le 2 juin 1969 à Lyon entre F2RV et F3GI
  • Station du Palais de la découverte active depuis 1958 est animée par F8DEC

Année 1970 (OCI 12 à 17) à télécharger ICI

Que fait l’URC pour attirer les jeunes, pour promouvoir le radioamateurisme ?

OCI prend un format plus professionnel que le traditionnel A4, son nombre de pages est augmenté, les articles sont rétribués. Les sujets sont variés et OCI parle de ce que les autres ne parlent pas.

  • Une nouvelle rubrique “la page des jeunes” destinée à la formation de nouveaux radioamateurs.
  • “Lu pour vous” résumé d’articles parus dans la presse française et étrangère, et sur demande photocopies de ces articles. Un service de traduction se met en place…
  • Cours CW sur bandes magnétiques ou K7
  • Un service QSL est créé
  • Formulaire de demande de licence d’écoute à disposition

La taxe annuelle radioamateur est de 42 FRF ce qui correspond, compte tenu de l’inflation à 47,19€… Actuellement la taxe radioamateur est de 46€ elle est donc équivalente à celle perçue en 1970…

Aujourd’hui avec internet et “google traduction” les articles étrangers sont accessibles par tous. Les cours CW ne sont plus sur K7 mais en mp3 et paraissent sur notre site internet chaque semaine. Pour la formation il y a à disposition le mémento pour la licence HAREC et aussi le Trivial Pursuit de la Radio. Le service QSL perdure toujours dans le même esprit, chaque radioamateur doit pouvoir récupérer ses QSL. L’URC continue de délivrer des indicatifs d’écoute.

C’est toujours dans le même esprit que l’association continue son travail, là où d’autres ne le font pas, là où d’autres créent les polémiques avec les mêmes outils qu’il y a 50 ans et internet en plus, là où d’autres refusent la discussion avec le président démocratiquement élu, comme F9AA qui s’est vu refuser l’entrée d’une AG du REF, là où d’autres copient pâlement nos actions. Non l’URC n’est pas là pour détruire le REF, non l’URC, certes n’a pas les moyens du REF, ne jalouse pas et ne lorgne pas sur le magot du REF, des reproches et des mythes qui durent depuis 50 ans… L’URC est une association tout à fait crédible, qui oeuvre depuis 50 ans pour la promotion du radioamateurisme, pour la défense des droits radioamateurs, pour l’accessibilité de tous au monde radioamateur quelle que soit le niveau intellectuel et les moyens financiers, pour la liberté d’expression et pour le droit de penser différemment…

2018 l’URC fête ses 50 ans (2)

Le début de l’année 1969 est marqué par le décès de Léon Deloy 8AB qui a réalisé la première liaison transatlantique depuis les hauteurs de Nice en novembre 1923 avec W1MO qui était à Hartford aux USA. Liaison réalisée sur 110 m.

Année 1969 (OCI 6 à 11) à télécharger ICI

OCI6 p9 Compte rendu de la réunion du Radioclub Central, section REF “Ville de Paris”. Lire la motion adoptée à l’unanimité sur la censure des comptes rendus par le REF. F9BC convoque une réunion du radioclub central une semaine après la réunion officielle.

OCI6 p10 : L’URC, complément du REF. La bonne méthode.

… Tous les moyens leur sont bons, même une campagne de diffamation soigneusement organisée, par la parole, mais aussi par des écrits, pour perdre les mécontents dans l’esprit de tous…

… L’objectif principal des responsables du REF, au cours de ces dernières années, a été de convaincre chacun que F9AA voulait “détruire le REF”…

… Ce n’est pas, on peut le craindre, l’extension des procédés de diffamation, de censure, et des sanctions injustifiées, qui ramènera la paix dans l’association divisée…

OCI7 p12 : Le Radioclub Central rend compte de la fausse réunion du 8 mars

OCI8 Editorial : Favoriser la création de nouveaux radioclubs, objectif : 1 radioclub par ville

OCI9 P11 et p12 : Compte rendu de la présence de l’URC à la foire de Paris, nouvelles rubriques pour les radioclubs, de nombreux radioclubs se créent et rejoignent l’URC.

OCI10 P3 et 4 : Unissons nous. Si l’URC s’est créée sur un différend avec le REF, l’URC se construit indépendamment du REF. L’URC a été présent à la Foire de Paris et aussi au salon Radio TV. Page 10 : narration de l’altercation REF/URC dans un salon.

OCI11 Editorial : Radioamateurs et Citoyens. Déjà à l’époque nos amis cibistes n’étaient pas acceptés par les radioamateurs sous prétexte que pour être cibiste il ne faut pas d’examen, alors que eux les radioamateurs avait passé un examen…

…Très généralement, les “amateurs” prétendent considérer leurs voisins comme une catégorie inférieure : leur expérience technique est souvent limitée; un enfant peut se servir d’un ERPP-27; les conversations sont souvent dénuées d’intérêt, mais il faut reconnaitre que certains échanges d’idées (si on peut dire) entendus sur certaines bandes décamétriques sont parfois bien navrants, et les magazines américains n’étaient ils pas remplis, il y a quelques mois de protestations indignées et apparemment justifiées contre l’immoralité de certaines conversations entre amateurs poussant très loin l’indécence ?

La vérité, croyons nous, est qu’il faut considérer les ERPP-27 (terminologie officielle), alias “citoyens” avec sympathie… Ils peuvent devenir de vrais radioamateurs… Les 27 MHz sont donc une pépinière d’OM… Ajoutons que les dirigeants connus de nous … sont d’une valeur et d’un dévouement que l’on aimerait rencontrer chez les responsables de l’assocaition qui représentait seule l’émission d’amateur en France et qui prend maintenant pour tâche de dissocier les OM…

Où l’on parle ensuite de la différence qui est faite entre les F1 et les autres. La CW était alors obligatoire pour émettre en décamétrique (voir l’article p14)

Aujourd’hui la CW n’est plus obligatoire mais la discrimination et le dénigrement envers les différentes classes de radioamateurs persistent : F0 et les autres. Cet esprit de dire qu’il y a plusieurs sortes de radioamateurs a abouti à la suppression de la F0 et empêche aujourd’hui qu’une réforme des certificats d’opérateur puisse se faire.

L’histoire est un perpétuel recommencement, les mêmes actions de certains ont les mêmes effets… Si entre 1993, constitution du REF-Union et 2008 début de la destruction du REF-Union, ont a connu une période de calme où l’on pouvait espérer une union de tous les radioamateurs, aujourd’hui le radioamateurisme français est plongé dans un ouragan de force 5.

L’URC cherche par tous les moyens de tendre la main vers toutes les associations, et ne reçoit de la part de la principale que haine, calomnies et diffamation, c’est navrant, regrettable, je n’ose pas croire que tous les adhérents du REF pensent cela, ils ne sont qu’une poignée de dirigeants qui nuisent à l’image du radioamateurisme et qui imposent leur immobilisme au reste et à la très grande majorité de ceux qui oeuvrent pour que les choses avancent.

Traduction
Trouver sur le site
Service QSL

Avez vous des QSL au bureau national ?

…………………… BDD des QSL……………………

____________________________________

Calendrier URC
janvier 2022
LMMJVSD
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31       
« Déc   Fév »
Abonnements

Bulletin F8URC

Bulletin WHRO

Paiement Paypal
Adhésion URC 2020
Other Amount:
Votre email:
Mémento licence HAREC

Edition 2017

Commander ICI

Archives
Categories