Pour un radioamateurisme authentique et moderne

EURAO, la fin d’un rêve

Nous ne publierons plus aucune information concernant l’EURAO, nous ne participerons plus à aucune activité de l’EURAO et cela jusqu’à nouvel ordre, c’est à dire jusqu’à ce qu’une assemblée générale soit convoquée et que les actuels dirigeants soient révoqués… Nous restons pour autant membre de l’EURAO et nous attendons de voir s’il y a des réactions.

L’URC est à l’origine de l’idée même de l’EURAO, celle de faire entendre une voix différente de l’IARU au niveau international, celle de représenter tous les radioamateurs qui ne sont pas représentés par l’IARU. Il n’a JAMAIS été question de faire de la concurrence à l’IARU, de faire un IARU bis. Oui mais ce n’est pas l’avis de tous les membres de l’EURAO. Certains membres fondateurs comme FEDI-EA dirigée par EA3CIW ont d’autres ambitions, comme celle de remplacer l’IARU, celle de dominer le monde radioamateur, d’imposer leur façon de voir…  Et quand on a le malheur de ne pas être d’accord avec leurs objectifs, alors là ils vous éliminent purement et simplement en vous déclarant « personna non grata » en dehors de toutes les lois de la démocratie, de la loi de 1901 et l’attitude amorphe de tous les administrateurs et de certains membres est totalement incompréhensible et inadmissible.

Quel doit être le travail de l’EURAO au niveau international, celui dans un premier temps d’assister aux réunions CEPT, ce qui n’est pas fait par le délégué auto proclamé, EA3CIW, non seulement il n’y assiste pas, mais ne transmet pas les dossiers rédigés au sein de la commission CEPT et il ne se fait pas remplacer. Si l’URC a été à Kiev c’est parce que l’ANFR l’a invité, j’ai alors envoyé la ligne que je comptais défendre au nom de l’EURAO, tout au long de la semaine de réunion, j’étais en communication avec le président de l’EURAO. Toutes les décisions ont été prises au nom de l’EURAO avec l’approbation de la commission CEPT… Mais le secrétaire général a refusé de publier le compte rendu commun avec l’IARU, car il n’était pas d’accord, on avait travaillé avec l’IARU, quelle crime de lèse majesté ! A défaut de soutenir notre proposition qui n’avait pas été envoyée dans les temps, effectivement j’ai fait preuve d’unité avec l’IARU en ne m’opposant pas à leur participation.

Il est important lors de ces réunions de montrer aux administrations un consensus minimum entre les associations pour obtenir des avancées. Cela veut donc dire discuter avec l’IARU et non pas s’opposer de façon systématique. Discuter avec l’IARU, trouver des consensus, ce n’est pas se soumettre à l’IARU, ni être absorbé par l’IARU… C’est tout le travail qui a été fait à Kiev.  Mais ce travail est loin d’être fait par EA3CIW. Non seulement les positions de l’EURAO ne sont pas discutées entre les membres, comme la position sur le 50-54 MHz publiée dans le dernier bulletin qui n’est en fait que la position personnelle de EA3CIW, mais en plus, ces positions vont à l’encontre des intérêts des radioamateurs. Les administrateurs ont clairement dit à Kiev que si on s’entêtait à réclamer 50-54 MHz en statut primaire ce sera un véto catégorique de la France, de la Suisse et de la Russie et que l’affectation de la bande ne sera pas votée à la CMR-19, même pas 50-52 MHz en statut secondaire… Les articles publiés par EA3CIW montrent à la face du monde l’opposition systématique de l’EURAO à l’IARU, ce qui entretient un climat conflictuel qui n’est bon pour personne.

L’intérêt du monde radioamateur, ce n’est pas la ligne des séparatistes catalans, ou flamands… C’est donc une divergence profonde et fondamentale qui ne trouvera d’issue que lorsque le bon droit et les esprits sains reprendront les commandes de l’association. Cela ne peut se faire qu’à l’issue d’une assemblée générale que nous réclamons depuis plusieurs mois, mais qui n’aura sûrement pas lieu, à moins que la justice ne les y oblige… Le secrétaire général est en place, il a bien verrouillé l’administration de l’association, les finances, les moyens de communications, bref il est à lui seul l’EURAO…

Il est évident que le pouvoir en place à l’EURAO, qui utilise des statuts rédigés sur mesure par les catalans et les flamands, ne souhaite pas une ligne démocratique, se moque des membres qui ne servent qu’à payer une cotisation pour avoir le droit de vénérer le dieu du « board » EA3CIW… Statuts qui ne respectent pas la loi de 1901 et association dont la gestion ne respecte pas la loi de 1901 non plus. C’est ainsi que les associations membres ne sont pas déclarées à la préfecture, que ce soit les adhésions ou les retraits… Le secrétaire général refuse de nous donner la véritable liste des membres de l’association… Entre les associations qui adhérent mais sans droit de vote et les associations fantômes qui ont le droit de vote et qui sont aux abonnés absents, ou encore les associations illégales de pirates (SRDNR) qui adhèrent contre la volonté des membres, le champ est libre pour une dictature catalane. Il est un article dans les statuts qui donne les pleins pouvoirs au secrétaire général de l’EURAO : « En cas d’égalité de voix, la décision est rejetée. » Le « board » (CA) est composé de 4 personnes, 1 Roumain, l’URC qui a été arbitrairement et illégalement remplacé par le Portugal et 2 Catalans… Vous comprendrez donc aisément que les 2 Catalans règnent en maitres absolus sur l’association… 2 associations catalanes FEDI-EA et FeRaCat dirigées par la même équipe avec EA3CIW à leur tête, ce qui est contraire d’ailleurs aux statuts. Hier c’est l’adhésion du SRDNR acceptée par le secrétaire général, demain ce sera Daesh qui pourra adhérer à l’EURAO, rien ne pourra arrêter EA3CIW, il a toujours raison sur tout. L’utilisation du préfixe D1 non attribué par l’UIT, utilisé par une république du Donetsk qui n’existe pas mais figure dans la base de données de l’EURAO dont l’accès est du seul privilège du secrétaire général, ce qui est contraire aux statuts où l’on s’engage à respecter la CEPT et UIT dans nos buts, quel image donne t’on à l’ONU… Personne ne sera en mesure de s’opposer à la suprématie du secrétaire général, il a tout verrouillé…

Mais que fait le président ? Rien, il subit, tout comme le vice président… Le président n’a aucun pouvoir sauf de convoquer une assemblée générale, mais il ne le fait pas… De quoi a t’il peur ? Quel moyen de pression utilise le secrétaire général pour faire taire le président ? Quant au vice président il n’est là que pour la façade, il n’a absolument aucun pouvoir, ce ne sont que les marionnettes des catalans… Le « board » c’est EA3CIW seul et il prend ses décisions à l’unanimité de lui seul ! Les autres ne sont là que pour faire croire à une démocratie. Et lorsque le président s’étonne de certaines décisions non statutaires, EA3CIW répond si ce n’est pas écrit dans les statuts, on fait ce qu’on veut… Oui mais EA3CIW a oublié qu’il existe une loi de 1901 et que l’association est française et que l’on doit respecter les droits de l’homme en France !

Une action en justice est en cours, elle aboutira certainement à la dissolution de l’EURAO car la justice française devant ce manque évident de démocratie, ces statuts mal ficelés, n’aura aucun état d’âme. La soif de pouvoir, l’orgueil de certains auront eu raison de cette belle aventure. Voilà comment on détruit un rêve…

Pour d’autres informations lire sur ce site En attendant que le problème se résolve, ne renouvelez pas votre adhésion, vous avez jusque fin mars pour le faire, désinscrivez vous des listes EURAO, enlevez les liens vers leurs sites, rompez tous les liens avec cette association scélérate car nous ne pouvons pas cautionner de tels comportements.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 URC Union des radioclubs
Traduction
L’URC fête ses 50 ans

Toutes les festivités 2018 en téléchargeant le calendrier radioamateur de 2018

Partenariat

Nous recommandons ces sociétés, le meilleur accueil vous sera réservé et réduction pour les membres de l’URC

Mémento licence HAREC

Edition 2017

Commander ICI

S’abonner à F8URC

Notre adresse

Union des Radios Clubs

3 rue Saint Lugle
62190 Lillers
France
Archives
Catégories