Pour un radioamateurisme authentique et moderne

Table Ronde Radioamateur : tout le monde sauf l’URC et le DR@F…

Samedi 10 décembre, le GRAC recevait la Table Ronde des Radioamateurs. C’est le REF qui a organisé cette réunion…

  • Qui était invité ? Pas le DR@F, ni l’URC
  • Qui était présent ?
  • Quel était l’ordre du jour ?
  • Quelles sont les décisions prises ?

Lors de la conférence à l’ANFR, F4GLJ représentant le REF a rencontré F1SXC, vice président de l’URC et l’échange était cordial. A la question : pourquoi l’URC n’était pas à la TRR, la réponse : Nous n’avons pas été invité… F4GLJ propose alors d’ajouter F1SXC sur la liste TRR, il accepte en tant qu’observateur. Ce n’est pas la première fois qu’un membre de la TRR ignore que l’URC n’en fait pas parti et que l’URC est tenu à l’écart de tout…

F4GLJ demande alors au responsable du REF, pourquoi l’URC n’est pas sur la liste. La réponse est parce qu’on ne souhaitait pas… Or ceci est totalement faux. Le REF ne nous a jamais inscrit sur cette liste et il a pris cette décision unilatéralement sans demander l’avis des autres participants, tout comme il a inscrit F1SXC sur la liste sans demander l’avis des autres participants, sans même savoir si l’URC acceptait de figurer sur la liste… Pourquoi la liste des inscrits n’est elle pas publique ? Nous avons effectivement approuvé en CA la demande de F1SXC de figurer en observateur sur la liste, ce qui n’engage en rien l’URC dans les propos tenus par le REF et les autres sur cette liste. Observer sans faire de remarque, ce n’est pas approuver aveuglément…

Depuis maintenant 3 ans, la charte du radioamateurisme existe, elle est respectée par tous, sauf le REF qui ne l’a toujours pas signée, et refuse toujours de la signer… Nous entretenons d’excellentes relations avec toutes les associations légales, sauf avec le président du REF qui chaque fois qu’il le peut en profite pour tenir des propos désobligeants envers la présidente de l’URC. Il dit à qui veut bien l’entendre que l’URC est un minus sans le sous et que son avis ne vaut rien. Lors de cette conférence, le REF laisse supposer qu’il s’est entretenu avec des grands pontes, il n’a fait que saluer le représentant de la France et diner à l’extérieur du congrès avec le représentant de l’IARU… Et n’en déplaise au REF les textes CEPT ont été modifiés et les remarques de l’EURAO prises en compte, remarques soutenues par bon nombre de délégations européennes. L’IARU a été sommé de travailler en concertation avec l’EURAO pour des futures annexes des textes CEPT qui concernent un plan de bande utilisé par les radioamateurs et une éthique radioamateur. Le texte devient une invitation à respecter ces points et non plus une loi qui déclencherai des sanctions si elle n’était pas respectée, de fait l’auto discipline gérée par l’IARU et ses membres devient caduque. La prochaine conférence IARU a lieu en septembre, le REF prépare ses dossiers, avec l’ensemble des associations ? Certainement pas l’URC n’a pas été invité, tout comme l’EURAO n’est pas invité en septembre… A moins que la publication de cet article changent les choses.

Je ne reviendrais pas sur le sujet RFinder, aujourd’hui nous savons que le REF a transmis des données personnelles sans le consentement des personnes, à une société américaine qui reverse des dividendes au REF. Ceci est contraire aux lois de la CNIL…

Je ne reviendrai pas non plus sur l’indicatif FX0ISS… Thomas Pesquet ayant une licence équivalente à une licence novice ne peut pas émettre avec un indicatif français, puisque cette classe n’existe pas. L’administration était prête à lui donner un indicatif personnel s’il en avait fait lui même la demande, sauf qu’il ne l’a pas fait… Pouvait on attribuer un indicatif de radioclub pour l’ISS ? Non, la classe des radioamateurs dans l’ISS ne permet pas d’obtenir un indicatif de radioclub français, seule solution attribuer un indicatif de relais, dont le responsable a une licence de classe HAREC… L’administration ne retirera pas sa licence au responsable du relais FX0ISS pour l’utilisation abusive de cet indicatif par Thomas Pesquet, il est simplement dommage que l’URC n’ai pas été consulté, nous aurions pu appuyer la demande et certainement l’obtenir… Mais que de justifications, d’articles incendiaires à notre égard et d’explications toutes aussi fantaisistes les unes que les autres, alors qu’il était si simple de dire la vérité. Merci à l’ANFR pour ses explications claires et qui nous a aussi expliqué que l’indicatif KG5FYG correspondait effectivement à une licence F0 française qui existe toujours dans les collectivités d’Outre Mer… Tout ce tapage n’aurait pas eu lieu si la France avait 3 classes de licence, et donc une licence novice équivalente à la classe “technician” américaine…

Je ne parlerai pas non plus de l’accord entre LESIA et le REF, lorsqu’on sait que l’ANFR demande jusque 31 000€ pour l’étude d’un dossier satellite et que pour les radioamateurs la demande d’indicatif et de fréquences est gratuite… D’après l’UIT, l’exploitation des bandes radioamateurs se fait sans intérêts pécuniaires… Que va rapporter cet accord au REF ? Rien comme dans l’affaire RFinder…

Dans l’éditorial de décembre, on apprend aussi que la veille de la TRR, le REF a rencontré l’ARCEP, seul et pour demander quoi ??? Et qui est au courant ??? On y apprend aussi que l’OM, qui a piraté les sites du REF en 2010 avec mes identifiants ce qui m’a valu d’être traitée de traitre et plus encore… Qui a ensuite piraté les sites de l’URC, qui est à RAF, qui a dédié le site ARISS France à ses activités propres, occultant tout ce qui n’est pas lui.  F4KIS, membre de l’URC a un projet ARISS et il a fallu l’intervention des plus hauts dirigeants d’ARISS pour que s’estompe la ségrégation faite par l’OM qui a d’ailleurs  toujours des accointances avec les blogs “people” radioamateurs, qui a réactivé les emails anonymes, les phrases assassines pour mettre la brouille entre les OM, etc… Cet OM aurait fait un script pour une vidéo promotionnelle de Thomas Pesquet… Vidéo qu’il vaut mieux ne pas regarder tellement elle est triste de nullité… Ecoutez la bien, le ton de Thomas Pesquet qui n’a pas l’air de comprendre ce qu’il dit, l’air convainquant de sa présentation du radioamateurisme… Tu vois ça, tu te sauves en courant et tu ne deviens jamais radioamateur. D’ailleurs ça ne parle pas radioamateurisme mais uniquement du fait que les jeunes pourront parler au micro sans licence et utiliser un indicatif de relais pour contacter l’astronaute… Un tel script ne méritait-il pas l’approbation de toutes les associations ?

J’oubliais, les accords et les relations du REF avec l’ESA et le CNES… Quand on a pas été capable d’obtenir la signature de Thomas Pesquet pour une simple demande d’indicatif qui aurait pu se faire par email et que la seule chose obtenue par le REF dans ce fameux accord avec le CNES, ce sont des cocottes en papier de la station ISS et des posters de Thomas Pesquet. Que l’exclusivité obtenue par le REF en matière de retransmission est la même pour tous les diffuseurs et s’obtient en s’abonnant tout simplement à la web télé publique, ce que l’URC a fait aussi il y a fort longtemps d’ailleurs. Je pense qu’il faut savoir rester humble.

Le REF a organisé une première TRR en octobre 2015, nous y avons assisté, nous avons participé et puis nous avons demandé avec le DR@F, que cette instance se dote de moyens démocratiques de fonctionnement et que chacun soit respecté… Aujourd’hui ces 2 conditions ne sont toujours pas réunies, nous ne participerons donc pas à la TRR tant que ces 2 points ne sont pas satisfaits, nous resterons simple observateur.

Pourquoi le REF refuse t’il de doter la table ronde d’outils permettant à chacun de s’exprimer, permettant à chacun de trouver le soutien des autres pour porter les projets ? C’est à dire de respecter la charte, tout simplement. La seule explication c’est que le REF veut régner sur le monde radioamateur, veut imposer sa manière de voir les choses et qu’il ne supporte pas que d’autres existent… Que le REF est donc contre les objectifs de l’URC et qu’il faut tout faire pour que rien n’avance :

  • L’URC milite pour l’application des textes CEPT visant à créer 3 classes de licences en France
  • L’URC milite pour que toutes les fréquences allouées aux radioamateurs par l’UIT soit disponibles pour les radioamateurs français
  • L’URC milite pour la fin du monopole d’une association sur toutes les autres, de la prédominance d’une association sur les autres.
  • L’URC milite pour un radioamateurisme authentique et moderne

En cette fin d’année je vais faire un voeu, je vais demander au Père Noël d’intervenir auprès de F1TE, de lui apporter la baguette magique lui permettant de faire évoluer sa façon d’être avec les autres, peut être alors aurons nous la surprise de voir au pied de notre sapin, une proposition d’intégrer la TRR qui aura des moyens démocratiques de fonctionnement…

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016
Traduction
Trouver sur le site
Calendrier URC
novembre 2020
LMMJVSD
       1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30       
« Oct   Déc »
Abonnements

Bulletin F8URC

WHRO News Letter

Paiement Paypal
Adhésion URC 2020
Other Amount:
Votre email:
Mémento licence HAREC

Edition 2017

Commander ICI

Archives
Categories